ONDINEVORE
www . ondinevore . com
Message posté par Emilie Weasley le 30 Jun 2018

ACTEURS
Lee Abbott (John Krasinski)
Evelyn Abbott (Emily Blunt)
Noah Jupe (Marcus Abbott)
Millicent Simmonds (Regan Abbotts)
Cade Woodward (Beau Abbott)
RÉALISATEUR
John Krasinski
SCÉNARIO
Scott Beck, John Krasinski, Bryan Woods
MUSIQUE
Marco Beltrami
PRODUCTION
Platinium Dunes
DISTRIBUTION
Paramount Pictures
DURÉE
95 minutes
GENRE
Horreur
DATE DE SORTIE
20 juin 2018
Synopsis
Dans un monde post-apocalyptique, les rares survivants vivent sous la menace de créatures très sensibles aux sons. Ils doivent ainsi demeurer dans le silence. Une famille du Midwest va devoir lutter contre l’une de ces créatures.

J’ai enfin vu le film Sans un bruit et je ne regrette absolument pas. Je savais que le film allait me plaire, mais je ne le pensais pas autant. Il va probablement se classer dans mon top 5 des favoris de 2018.

Sans un bruit est en tout point réussi, car il a su innover. C’est un film que j’attendais pour ça. Depuis Get Out, des films d’horreur, il y en a eu à la pelle, mais aucun ne m’avait spécialement emballée. Ou alors, ils divertissaient, sans plus. Cette fois-ci, John Krasinski remplit son rôle. On sursaute, la pression monte, et ne redescend pas même jusqu’à la dernière seconde du film. De plus, c’est rare de voir un réalisateur jouer le rôle principal de son film. Il y a également sa femme, Emily Blunt qui joue le rôle principal d’Evelyn Abbott, sa femme aussi dans le film. C’est un peu la même avec Tim Burton qui fait jouer sa femme Helena Bonham Carter. Honnêtement, cela ne me gêne aucunement. Surtout que les personnages sont extrêmement bien joués.

J’ai aimé le fait que dans ce film, tout se joue sur le côté bruitage. On est habitué à entendre des monologues parfois sans queue ni tête ou d’entendre des cris à tout va. Là, le but est justement de ne pas faire de bruit sinon le monstre va débarquer et vous tuer.

Ce qui change, c’est que rien n’est lié à une erreur de jeunesse. Je veux dire par là que personne n’est ouvert une porte suite à une partie de Ouija ou d’un quelconque jeu permettant à un démon d’entrer dans le monde des vivants.

Aucun des personnages n’a de super pouvoirs de médiumnité leur permettant de pouvoir entrer en contact avec le démon. Cette fois-ci, tous les personnages sont des personnes lambda. On s’est juste que les démons sont là, mais on ne sait pas pourquoi il est là, depuis quand, ni combien sont-ils. Nous sommes dans le flou total là-dessus. On a de simples explications dessus au début du film. C’est peut-être l’une des choses qui m’a manqué dans Sans un bruit, néanmoins sans pour autant que cela me gêne pendant toute la durée du film.

Les personnages sont vraiment touchants, on comprend que la relation familiale est importante via le fait qu’il faut se protéger les uns des autres. Plus tard, on le comprendra un peu mieux plus tard via une scène dans laquelle : deux personnages qui ne sont pas des Abott. Mais plusieurs autres scènes nous le montreront plus tard.

Pour une fois, les enfants ont un rôle plus mature et plus travaillé. Ils aident la famille, ils ne restent pas là sans rien faire même s’il reste quelques clichés sur l’utilisation des enfants dans un film d’horreur. Ceux-là restent plus appréciables et ne sont finalement pas aussi chiants qu’ils paraissent.

Les interprétations des acteurs Millicent Simmonds et Noah Jupe y sont spectaculaires. Surtout quand on sait que Millicent est réellement sourde.

Mention spéciale sur la scène de la cave qui est finalement controversée et qui a réussi à m’avoir. Je n’en dirais pas plus. Tellement habituée à ce que cela se passe différemment dans les films d’horreur que ça m’est resté.

Plusieurs choses sont à noter. Les méthodes inventées pour faire comprendre aux membres de la famille que le monstre n’est pas loin. J’ai trouvé ça très ingénieux et extraordinaire.

N’oublions pas non plus les quelques jumpscares sont bien placés et bien traités. Les effets spéciaux sur les démons. Le rythme du film est très bon, on n’a pas le temps de se reposer. La musique est quant à elle très entreprenante.

Tout le scénario est cohérent, on est en immersion totale du début à la fin. Il n’y a aucune fausse note là-dessus.

Mais d’autres points négatifs sans que cela soit problématique au visionnage du film sont pourtant présents :

– Pourquoi faut-il que cela soit un enfant qui déclenche la première arrivée du démon ? J’ai beau me dire que s’est à cause du fait qu’ils sont innocents, inconscients ou faibles. Je ne comprendrais jamais.

– C’est peut-être moi, mais je trouve que le monstre ressemble un peu à celui du démongorgon de Stranger Things avec quelques modifications près.

– Je ne sais pas si on peut réellement cataloguer Sans un bruit de film d’horreur. Je pencherais plus pour un thriller avec suspense à tendance dramatique.

Franchement, est-ce normal de pleurer dans un film d’horreur ? Je ne pense pas, non !

En tout cas, j’aimerais avoir plus de films d’horreur de ce style. Il y en a très peu ou quasi pas à ma connaissance hormis Get out sur ses dernières années. J’apprécierais davantage le genre horreur avec ça qu’avec les daubes qu’on nous sort à tout va où presque tout est déclenché par une de Ouija.

NOTE : 20/20